vendredi 14 mai 2010

Le paquet / Philippe Claudel

paquet

Ca faisait longtemps que je ne m’étais pas plongée dans une pièce de théâtre et j’ai bien tort de ne pas le faire plus souvent. Surtout, que Le Paquet, se lit vraiment facilement puisqu’il s’agit d’un monologue. D’ailleurs, vous en avez peut-être déjà entendu parler puisqu’elle a déjà était mise en scène et joué par Gérard Jugnot au Petit Théâtre de Paris.

La quatrième de couverture présente très bien ce texte :

Un homme tire un énorme paquet auquel il semble tenir plus que tout. Que renferme-t-il donc ? Le corps de sa femme qu'il aurait assassinée ? Les seuls biens qui lui restent ? Ses souvenirs, ses rêves, ses joies ? Les débris d'une vie ? Nos lâchetés, nos abandons, nos laideurs ? Tous nos maux et nos mots impuissants ? Lorsque le monde s'effondre, la question n'est pas de savoir ce que l'on sauve, mais ce dont on ne peut se débarrasser.

A la lecture, on ne peut s’empêcher de se demander où le personnage veut en venir. D’ailleurs, une fois la dernière page tournée, est-on sûr de savoir ce qui s’est passé ? Le personnage passe par tous les sentiments, nous fait rire, nous fait douter, nous interroge sur le sens de la vie, se moque de notre quotidien. Ce texte se lit très facilement et nous captive dès les premières lignes.