sous_les_couvertures.jpg

J’ai découvert ce titre grâce à a blogosphère. Les billets élogieux m’avaient vraiment donné envie de me plonger dans cette histoire mettant en valeur nos chers livres. Hélas ! Je dois avouer que j’ai été un peu déçue par ma lecture et j’ai lu quelques passages en diagonale… Pourtant tout commençait bien avec les différentes histoires en parallèles : celles des livres qui veulent se rebeller pour échapper au pilon et trouver leurs lecteurs, celle du vieux libraire démotivé devant l’essor du numérique, celle de l’apprentis libraire pleine d’idées pour redonner vie à cette librairie en voie de perdition et enfin, celles des auteurs des livres à la tête de la révolte.

Ce roman a de nombreuses qualités : il est très drôle, bien écrit, nous offre une critique acerbe mais réaliste du monde du livre (qu’il s’agisse des éditeurs, libraires ou lecteurs). Mais j’aurais aimé que ce livre soit plus court car les longues joutes verbales des livres et leurs batailles m’ont à plusieurs reprises ennuyées.

En revanche, je me suis beaucoup amusée à la lecture du passage où les livres tentent de discuter avec la liseuse du libraire. Cette dernière leur débite des discours tout fait jusqu’à ce que sa batterie la réduise… au silence !

Sous les couvertures reste néanmoins un bon moment de lecture qui, à coup sûr, fera sourire ses lecteurs. Et j’avoue que j’aurais bien aimé, comme Sarah, tenter de remettre un peu de vie dans cette caverne un peu poussiéreuse.