ceux_qui_me_restent.jpg

Ceux qui me restent est une bande dessinée que j’ai lu d’une traite, en retenant ma respiration. Que d’émotions, que de regrets face à ces deux existences gâchées !

Florent est dans une maison de retraite, en proie à la terrible maladie d’Alzheimer. Cette maladie lui fait revivre une partie de sa vie, celle où il a perdu symboliquement sa fille. Sur un malentendu entre fille et père, cette dernière a coupé les ponts pendant plus de dix-neuf ans avec son père. Et maintenant qu’elle est auprès de son père, celui-ci ne la reconnaît pas.

Le scénario peut paraître un peu brouillon au commencement car il même l’histoire de Florent, celle de sa fille Aurélie, des flash-back et les rêves de Florent qui lutte avec sa mémoire. Mais tous ces épisodes finissent par donner sens à cette histoire faite de malheurs et d’amours ratés. On tremble que la rencontre entre ce père et sa fille ne puisse se faire avant qu’il ne soit trop tard.

En écrivant ces quelques mots, j’ai vraiment l’impression de dénaturer cette magnifique histoire. J’ai particulièrement aimé le dessin de Laurent Bonneau et la manière dont il a utilisé certaines touches de couleurs pour donner plus de forces encore au récit.

Une histoire belle et triste à découvrir absolument.

ceux_qui_me_restent_ill.jpg